Les Filières Energétiques

 

L'entrainement n'est pas une science exacte de par la grande diversité des facteurs a prendre en considération et qui varient d'un sportif à un autre. En revanche, on ne peut pas parler d'entrainement sans une connaissance minimale des principes des filières énergétiques qui interviennent lors de différents types d'effort. 

Principes de base : 

Le corps dispose de 3 filières énergétiques (transformation des aliments en énergie musculaire) : l'anaérobie alactique, l'anaérobie lactique et l'aérobie. 

 

Anaérobie Alactique :

Il n'y a pas d'utilisation d'oxygène durant cette phase (anaérobie), ni production d'acide lactique. Elle intervient au déclenchement de la sollicitation et ne dure que très peu de temps (env 7s). Le corps a des réserves naturelles en ATP et en Créatine Phosphate, ce processus puise dans ce qui est immédiatement disponible.

 

Anaérobie Lactique :

Cette filière se déclenche avant la filière aérobie ou lorsque celle-ci ne suffit plus a produire suffisamment d'énergie. La production d'énergie se fait donc sans oxygène mais produit de l'acidité dans l'organisme.

 

Aérobie :

Lors de cette phase, l'oxygène de l'air est capté et aide à la production d'énergie. Cette filière est celle qui intervient lorsque l'on parle de cycles de "conti" dans notre jargon grimpe (attention toutefois, en escalade, parler de rési et de conti est un sujet assez délicat a traiter d'un point de vue purement physiologique).  

Quelles sont les interactions entre ces différentes filières ? 

Comme précisé ci-dessus, au début de l'effort, la filière alactique est la première a se déclencher, elle utilise les réserves disponibles d'ATP (Adénosine Tri Phosphate) contenues dans les muscles et la créatine phosphate. Ce sera alors aux autres filières de produire de nouveau de l'ATP pour reconstituer les réserves (ATP  = liaison d'ADP et de PCr = grande source d'énergie cellulaire).

Lors de l'effort, l'organisme s'efforce de trouver des solutions pour apporter de plus en plus d'oxygène aux muscles, il y a donc augmentation du rythme cardiaque et de la ventilation mais ceci n'est possible que jusqu'à un certain point. Lorsque le seuil de VO2 Max est atteint (Vol Oxy Max), la production d'énergie plafonne. 

A ce stade, si l'effort doit continuer et s'intensifier, le sportif se trouve en dette d'oxygène. Le besoin d'énergie va donc déclencher la filière anaérobie lactique. Le problème est que l'acidose (acide lactique) est un facteur limitant car intervenant directement sur les muscles.

 

Quel est le rôle de l'entraînement ? 

L'entraînement est le moyen de jouer avec ces différentes filières et permet d'agir sur celles-ci par une :

  • Augmentation des capacités cardio-ventilatoires : ceci permet tout simplement de pouvoir transporter plus d'oxygène vers les muscles et donc de repousser la sollicitation de la filière lactique.
  • Augmentation des globules rouges dans le sang : plus il y a de globules rouges dans le sang, plus l'oxygène peut être transporté vers les muscles (globules rges = transporteurs oxygène) et plus il peut y avoir production d'énergie.
  • Augmentation du seuil de tolérance à l'acidose : l'entraînement permet d'augmenter la tolérance à l'acide lactique (physiquement et psychologiquement) ce qui permet de maintenir un niveau d'effort plus intense pendant plus longtemps. 
  • Augmentation des capacités d'évacuation de l'AA : l'acidose s'évacue grâce à la ventilation, donc, si l'on augmente les capacités cardio-ventilatoires, on améliore les capacités d'évacuation de l'acide lactique. 

En Bref : 

 

Échauffement - début de l'effort = sollicitations des filières productrices d'énergie : 

  • Anaérobie Alactique : on puise dans les réserves d'ATP disponibles (7 à 10s)
  • Anaérobie Lactique : production d'énergie mais aussi de déchets (acidose)
  • Aérobie : se déclenche environ après 3min d'effort
  • Evacuation de l'AA produit grâce à la ventilation 

Bonne GRIMPE !

 

Écrire commentaire

Commentaires : 8